• 15.12.2017

    Trois jeunes femmes québécoises participent au Parlement du féminin à Paris

    LOJIQ a recruté trois jeunes femmes pour former une délégation québécoise qui participera à la première édition du Parlement du féminin qui se tiendra le 18 décembre prochain à l'Opéra comique à Paris.

    Coorganisé par Entrepreneurs d’avenir et FemininBio cet événement a pour vocation de rassembler toutes celles et ceux qui pensent et agissent pour une société plus égalitaire. L’épanouissement et la prise de conscience d’un principe féminin décomplexé et libéré passent par la réappropriation par chacune et chacun de son rôle dans le travail et dans la société.  Le Parlement du féminin prône de nouveaux rapports économiques et un nouvel humanisme. Il aura pour thème "Féminin, Masculin, pour un nouvel humanisme".

    En plus du Parlement du féminin qui se tiendra le 18 décembre à Paris, des rencontres avec des structures innovantes seront aussi organisées par LOJIQ et l'OFQJ, section France, les 19 et 20 décembre afin de permettre aux participantes de développer un réseau, notamment dans le secteur de l’entrepreneuriat féminin et de l’égalité homme-femme en général.

    Les participantes soutenues par LOJIQ sont :

    Isabelle Langlois
    Isabelle possède un baccalauréat en journalisme et un certificat en études féministes à l’UQAM. Elle est journaliste pigiste et chargée de projet pour les dossiers Femmes et gouvernance à l’Union des municipalités du Québec. Elle se penche sur les manières de favoriser l’engagement des femmes en politique et soutenir leur pleine participation. Parmi ces champs d’intérêt, on retrouve la position des femmes dans les médias, le genre et la ville, les rapports de genre dans les politiques publiques et la progression des femmes dans les postes décisionnels. Isabelle souhaite voir la parité à chaque palier de gouvernance au Québec de son vivant !
     
    Sophie Marois
    Sophie Marois est étudiante au Département de sociologie de l’Université Laval. Son parcours académique ainsi que son implication dans les milieux féministes, associatifs et communautaires lui ont permis d’acquérir des connaissances et des sensibilités propres aux études de genre. Son engagement en faveur de l’égalité a été marqué par son rôle de coordonnatrice du Comité Femmes du Cégep Garneau, puis de cofondatrice du Comité Femmes ULaval. Son parcours l’a amenée à devenir conférencière et porte-parole auprès des médias et de personnalités politiquess, notamment en ce qui concerne les violences sexuelles.  

    Wáhiakatste (Wahi) O. Diome-Deer

    Femme kanien‘kehàka traditionnelle de la nation Mohawk, Wàhiakatste est née et a grandi dans la communauté de Kahnawake, située près de la ville de Montréal. Elle détient un B.A. de Dartmouth College en sciences psychologiques et du cerveau, et a récemment terminé sa première année de maîtrise en psychologie à Harvard. Passionnée par l’autonomisation des femmes, des jeunes et des peuples autochtones, son rôle auprès de Femmes autochtones du Québec lui tient particulièrement à cœur.  En tant que coordonnatrice de la jeunesse, Wàhiakatste travaille pour améliorer la vie des jeunes femmes autochtones du Québec.

    Ce projet est réalisé dans le cadre du programme Engagement citoyen de LOJIQ, par le biais de l’Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ).


    Consulter le programme du Parlement du Féminin