• 28.11.2016

    Faire des affaires en Inde : de belles retombées pour Hugues Marceau

    Revenant d’Inde avec de belles perspectives de développement des affaires, Hugues Marceau, jeune entrepreneur québécois, parti pour une mission commerciale en Inde avec le soutien de LOJIQ et de la chambre de commerce du Québec nous a livré son témoignage sur son expérience.


     

    Je m'appelle Hugues Marceau, je suis le détenteur d'un baccalauréat en génie électrique et d'une maîtrise dans le domaine des batteries. J'ai décidé de lancer ma compagnie,  Autonom Inc., dans le domaine du stockage énergétique et de l'électronique et de cibler le marché indien.

    Grâce à une subvention de LOJIQ (Les Offices jeunesse Internationaux du Québec) j'ai pu me permettre de participer à une mission commerciale co-organisée par Export Québec et le Bureau du Québec à Mumbai. Il s’agit sans doute de la plus grande aventure de ma vie. L’Inde est un pays si différent …

    En considérant l'hébergement, le transport aérien et tout le reste, ce voyage m'a coûté quelques milliers de dollars, mais c'est de l'argent extrêmement bien investit: ma compagnie a reçu pour des dizaines de milliers de dollars de services, augmentant ses chances de percer le marché indien. Voici comment :
    Après ma sélection et avant mon départ, l'équipe du Bureau du Québec à Mumbai (BQM) m'a posé une série de questions afin de mieux cerner les services que nous offrons. Mon objectif était de rencontrer des clients potentiels pour y comprendre leurs besoins. Ainsi, le BQM m'a organisé heure par heure des rendez-vous dans les villes de Bangalore et de Mumbai avec des compagnies de tailles variées, au sein de plusieurs industries qui pourraient bénéficier des services de ma compagnie. Au-delà de coordonner des rendez-vous avec différents présidents et vice-présidents d'entreprises, ils m’ont initié à la culture locale (i.e. quoi faire, quoi ne pas faire), m'ont introduit à leurs réseaux, ont travaillé avec moi mon pitch et ma présentation, et m'ont accompagné physiquement à tous mes rendez-vous. Ça c’est du service! À Montréal, on m’a souvent dit que le marché indien sera difficile à percer : mais grâce au BQM, ça semble plus facile de faire affaire en Inde qu’au Québec!



    Et qu’en est-il du résultat de ces rencontres? Beaucoup de positif. Deux petites compagnies se sont avérées intéressées par notre produit, et une troisième compagnie, un gros joueur cette fois, voudrait que ma compagnie développe une solution sur mesure pour ses besoins. Aussi, j’ai rencontré les dirigeants d’incubateurs d’entreprises qui pourraient potentiellement accueillir ma startup pour une courte durée, avec l’aide d’un soutien financier gouvernemental. Une fois le développement complété, cela permettrait à ma startup de sceller plusieurs ententes avec des clients et d’assurer la viabilité et la croissance de la compagnie.

    Quotidiennement, nous achetons des biens en provenance de l’étranger : fruits, pétrole, électronique. Afin de pouvoir acheter ces produits à bon compte, notre pays a besoin d’exporter autant que nous importons. Ainsi, notre nation mise sur les entrepreneurs pour nous permettre de conserver notre qualité de vie. Pour contribuer à la richesse collective, il faut exporter!

    L’Inde a une population de plus de 1.2 milliard (c’est 150 fois le Québec) et son PIB croît à un rythme de plus de 6% par année. C’est un énorme marché! De surcroît, étant membre du Commonwealth, l’Inde possède des traditions similaires aux nôtres facilitant la commercialisation. Si tu as une entreprise, et que tu as un bon produit, mais que les ventes ne décollent pas : je recommande d’essayer dans un marché 150 fois plus grand, on ne sait jamais ce qu’il adviendra! 

    De surcroît, en Inde, les occidentaux sont traités comme des souverains : nombreux sont les hôtels ou les restaurants avec plus d’employés que de clients. Le service y est plus qu’excellent.
    En somme, le Bureau du Québec à Mumbai a pour mission d'aider les entreprises québécoises à croître en Inde, ce qu’ils font à merveille. Je recommande aux entrepreneurs québécois d’explorer les collaborations internationales avec le BQM puisque qu’en Inde, il s’en passe des affaires et qu’avec le BQM, on s’y sent chez soi.

    P.S. La nourriture en Inde est si variée et savoureuse…