• 04.10.2016

    MARKIS 3, une caméra sportive qui s’occupe de tout

    « J’étais parti faire du snowboard et je voulais faire une belle vidéo de mon aventure, mais pour ça, je devais emmener plusieurs caméras sportives avec moi, et c’est sans parler du temps à faire le montage sur un ordinateur… Au final, t’y passes tellement de temps que tu ne partages même pas ta vidéo », nous raconte Eduardo Orellana. Un problème visiblement partagé par plusieurs personnes de son entourage. Tous ensemble, ils réfléchissent alors à une solution : MARKIS 3. Tout juste rentré d’Europe, où il participait à un programme d’échange entre le Startupfest et Paris&Co, le jeune entrepreneur nous a parlé de ses projets avec cette caméra unique en son genre.

    MARKIS 3, c’est la première caméra pour le sport extrême qui enregistre cinq prises de vue simultanément, avant d’en faire automatiquement le montage. « Comme ça, on peut presque instantanément partager son expérience, et garder son audience engagée dans nos aventures », indique Eduardo Orellana. Mais d’une idée à la création d’une entreprise, la route n’est pas si aisée. « C’était difficile au début car on ne savait pas vers où aller. Alors on a fait intervenir notre réseau », révèle-t-il. C’est de cette façon qu’il rencontre Patrick Marois, son cofondateur. À la fois diplômé en design industriel et cycliste à temps plein, le jeune homme a tout simplement le profil parfait. « On s’est posé et on a réfléchi, pour que la caméra soit protégée pour n’importe quelle activité. Un problème qu’on a réglé dans le design même de la caméra, qui est unique », soutient le cofondateur de MARKIS 3.

    Une fois le prototype entre les mains, l’équipe a fait appel à plusieurs accélérateurs, dont le Centech, qui l’a menée à un programme d’échange entre le Startupfest et Paris&Co. « Le programme permet d’emmener des start-ups qui visent l’international à connecter avec le marché européen. C’est un marché qui est vraiment grand pour nous, on sait qu’il y a un bassin d’utilisateurs qui utilisent des caméras sportives pour leurs aventures. Et c’est sans parler de Paris, qui est l’un des endroits les plus touristiques au monde. On devait y aller », soutient Eduardo Orellana.

    Une fois à Paris, la jeune entreprise a dû présenter son projet et sa caméra. « On a eu la chance de bénéficier d’un programme personnalisé, et comme on était dans les premiers à se lancer en hardware, ils ont ouvert ce programme pour les start-ups qui veulent avancer en hardware sur le marché européen », nous raconte le cofondateur de MARKIS 3. Sur place, l’équipe a notamment rencontré l’accélérateur HAX et le Hardware Club. « On a construit une relation avec eux et on reste en contact pour quand on sera plus avancé », ajoute-t-il.

    Après presque trois mois dans ce programme d’échange, l’entreprise revient au Québec plus forte que jamais. Actuellement en train de développer son deuxième prototype de caméra, Eduardo Orellana nous confie que l’équipe travaille également très fort sur l’application dédiée. La prochaine étape sera donc… une campagne de sociofinancement. « C’est important car on a besoin de financement pour continuer le projet, et Kickstarter nous permettra de créer cette communauté de futurs utilisateurs, d’avoir des pré-ventes du produit, pour finalement le proposer aux plus grands distributeurs internationaux », indique le jeune entrepreneur.

    Article rédigé par Juliette Rolland dans le Bulletin-hebdo Le Lien MULTIMÉDIA [http://www.lienmultimedia.com]

    Photo: © Myriam Baril-Tessier

    Ce projet est réalisé dans le cadre du programme Entrepreneuriat de LOJIQ, par le biais de l’Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ).