• 13.01.2016

    OFQJ - Rhodnie Désir en Martinique pour la première étape du parcours socioartistique BOW’T TRAIL

    LOJIQ soutient le premier séjour de recherche et de création artistique du projet BOW’T TRAIL dont la première étape, pour la danseuse-chorégraphe montréalaise Rhodnie Désir, a lieu en Martinique jusqu’au 30 janvier 2016. Elle poursuit ainsi l’approfondissement de ses recherches qui alimentent le BOW’T TRAIL, un long parcours socioartistique labellisé La route de l'esclave par l'Unesco, consacré à la reconnaissance des traditions et des héritages culturels des peuples d'ascendance africaine.  En Martinique, elle ira à la rencontre de la tradition Bèlè, une pratique locale qui mêle musique, danse et conte. Elle y est accueillie en résidence par La Maison rouge - Maison des arts à Fort-de-France et présentera son œuvre dans le haut lieu de mémoire, le Domaine de Fonds Saint-Jacques.

    Retracer la mémoire des peuples d’ascendance africaine !

    BOW’T TRAIL est une initiative qui a pour but de réaliser un parcours mondial de mémoire en prenant appui sur la création chorégraphique BOW’T. Il s’inscrit dans la continuité du projet de l’UNESCO - dont l’un des objectifs est de promouvoir et de valoriser l’apport déterminant des personnes d’ascendance africaine à la diversité culturelle dans le monde. Elle permettra de mettre en exergue les héritages partagés par les différents pays impliqués.

    Ce parcours unique a pour but de retracer, à rebours, les migrations volontaires et involontaires notamment imposées par la traite négrière. En suivant un itinéraire prédéfini, Rhodnie Désir se rendra dans 40 pays, où elle posera 10 actions à caractère éducatif et culturel. Chaque séjour, d’environ 30 jours, offrira un espace de rencontre porteur de mémoire. Au sommet de ce projet, une plate-forme numérique ainsi qu’une Web-série documentaire d’un épisode par pays sera développée et mise à la disposition du public et de la jeunesse.



    Rhodnie a pu réaliser ce projet grâce entre autres à une campagne de financement participatif kiss kiss bank bank, qui lui a permis, grâce à la contribution de 165 contributeurs, d’amasser une partie de la somme nécessaire à sa réalisation.

    Bachelière en communications et en marketing (Université de Montréal, HEC Montréal), en lancement d’entreprise (SAJE Montréal Métro) ainsi que du Programme d’entrainement et de formation artistique et professionnelle en danse africaine (Zab Maboungou/Compagnie Danse Nyata Nyata), elle compte à son répertoire cinq oeuvres (VÍ, VÍ[REC], É’TA, BOW'T et AYEWA) ainsi qu’une étude chorégraphique (D2US’T, 2015). Son oeuvre phare BOW’T (2013) est celle qui la fait rayonner tant sur la scène locale (Tournée du Conseil des arts de Montréal, Sainte-Adèle et Ottawa), qu’à l’international (Burkina Faso). Grâce à BOW’T, Rhodnie Désir reçoit aussi deux invitations de la très honorable Michaëlle Jean (Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie) et est l’unique artiste d’Amérique du Nord à participer au Festival international de danse de Ouagadougou (Burkina Faso, 2014  / projet soutenu par LOJIQ). Également très impliquée au sein de son milieu, elle fut membre du conseil d’administration (CA) ainsi que présidente du comité diversité du Regroupement québécois de la danse (2012-2014). En 2015, elle est invitée à titre de panéliste spécialiste au séminaire "Les artistes et la mémoire de l’esclavage: résistance, liberté créatrice et héritages". Aujourd’hui, elle siège à la Commission consultative des arts de la scène et de la diffusion du Conseil des arts et des Lettres du Québec, œuvre à titre d’administratrice du CA du Festival Quartiers Danses et est Membre de la coalition des artistes pour l’Afrique de l’UNESCO.

    Parallèlement, elle déploie ses qualités de femme d’affaires dès 2008 en mettant sur pied DÊZAM, une ressource d’action artistique et culturelle visant la vulgarisation des diverses pratiques et des cultures auprès de la jeunesse. Au total, plus de 2 000 initiatives ont été créées dans 21 commissions scolaires et municipalités du Canada. À ce jour, DÊZAM se veut une ressource clé en matière d’accompagnement d’artistes.

    Photo :  De gauche à droite, entourée de ces hommes de savoir et d'espoir, de culture et de conviction, d'ancrage et de vision : Benoist Rastocle (chanteur), Félix Cébarec (chanteur), Paul Rastocle (tambouyé). Les frères Rastocles ont défiés les interdits familiaux afin d'aller vers la tradition Bèlè (souvent mal vue et mal interprétée) et aujourd'hui ce sont des incontournables.
    
©Photo - David Fabrega, Conteur d'images productions

    Ce projet a été réalisé dans le cadre du programme Développement professionnel de LOJIQ, par le biais de l’Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ).

    Site officiel de Rhodnie Désir

    BOW’T TRAIL - Destination La Martinique