• 24.02.2016

    Opération séduction réussie en Australie pour le groupe folk-rock montréalais The Franklin Electric

    LOJIQ a soutenu la première tournée australienne (23 concerts en cinq semaines) de la formation musicale The Franklin Electric. Cette tournée, précédée d’une importante campagne de marketing étalée sur plusieurs mois et coordonnée par leurs partenaires québécois et australiens, s’est déroulée du 27 décembre 2015 au 30 janvier 2016. Elle avait pour objectif de promouvoir l’album This Is How I Let You Down sorti en novembre 2015 en Australie. Jon Matte, auteur-compositeur-interprète et leader du groupe nous raconte son expérience.

    Parlez-nous de votre projet et de ce qui vous a motivé à vous déplacer en Australie.

    Le projet de notre groupe musical The Franklin Electric est actuellement dans un stade de développement international. Basé à Montréal et fondé en 2012, nous avons récemment eu l'occasion de faire une tournée de spectacles d'une durée de cinq semaines à travers l'Australie, suite à l’invitation d’un festival internationalement connu qui fêtait sont 30e anniversaire (Woodford Folk Festival), et qui avait eu un coup de coeur pour notre groupe début 2015.

    Par la même occasion, le coup d'envoi de cette première tournée a aussi été donné suite à la sortie de notre premier album This Is How I Let You Down à la mi-novembre 2015 en Australie (la sortie commerciale du même disque au Canada a eu lieu en mai 2014). Nous avons la chance d’être signés avec une maison de disque au Canada (Indica) qui a, au fil des années, développé une structure et des affiliations solides en Australie, facilitant la commercialisation de leurs divers projets sur place (dont le groupe Half Moon Run, un autre grand succès aussi sur leur label).

    Une série de 23 concerts a donc été mise sur pied pour The Franklin Electric entre le 27 décembre 2015 et le 30 janvier 2016 dans la plupart les grandes villes du pays (Sydney, Adélaïde, Melbourne, Brisbane, Perth). Nous avons eu l’occasion de jouer dans divers contextes, dont des festivals, en tant que tête d’affiche dans certaines salles et en premières parties de plusieurs groupes australiens.

    Comment a été l’accueil avec le public australien ? 

    En somme formidable et chaleureux. Les Australiens sont très ouverts humainement et artistiquement. Ils aiment la musique qui provient du Canada. Un pays magnifique avec des gens généreux doté d’un grand sens de l’hospitalité.

    Que retenez-vous de cette expérience et que vous a-t-elle apporté aux niveaux personnel et professionnel?

    Côté professionnelle, cette tournée nous a permis de nous faire connaître dans toutes les grandes métropoles du pays et de promouvoir la vente de notre album (en magasin, digital et lors des concerts). Nous avons bénéficié d’une couverture médiatique sur toute la tournée (entrevues avec performances acoustiques, critiques d'albums et des concerts) et avons pu rencontrer plusieurs programmateurs de festivals intéressés à faire affaire avec nous (Falls Festival, Laneway Festival, St Kilda) pour la saison 2016 / 2017.

    Parallèlement, nous avons mis en place des partenariats et échanges avec d'autres groupes de musique Australiens (Holy Holy, Olympia) intéressés a venir au Canada, d’autres avec qui nous avons directement collaboré en studio (Thelma Plum, artiste aborigène féminine renommée).

    Côté personnel, ce fut un voyage très enrichissant. D’une part à cause du dépaysement, la découverte d’un pays si loin, des paysages et plages étendus à couper le souffle, une nature riche et sauvage et d’autre part enrichissant à cause de la fraternité qui s’est soudée davantage entre tous les membres du groupe sur cette période de cinq semaines. 


      

    Quels sont vos prochains objectifs professionnels ou défis à relever?

    Nous nous concentrons sur trois territoires principaux: le Canada, l’Europe et l’Australie. Chaque territoire requiert qu'on y retourne sur une base régulière afin de maintenir le momentum dans le processus de développement et de commercialisation du groupe. Par mesure de précision, d’un coté, le public a besoin de sentir une proximité avec le groupe et leur musique et de l’autre côté, le groupe lui doit se faire sentir présent afin de continuer à faire vivre des émotions fortes et par conséquent vendre des disques et des produits dérivés aux concerts, dans une ère où les albums physiques se vendent de moins en moins en magasin. Un vrai défi!

    Dans un futur proche, nous nous préparons à une nouvelle tournée européenne qui aura lieu fin mars - début avril. Celle-ci sera notre première tournée européenne en tête d’affiche. La tournée durera 2-3 semaines et nous ferons une dizaine de concerts.

    Par ailleurs, nous clôturons actuellement la production du prochain disque que nous ambitionnons sortir internationalement à l'automne 2016, suivi d’une grande tournée dans ces mêmes territoires, plus les USA, idéalement, puisque notre musique est anglophone. Nous travaillons étroitement avec notre maison de disque afin de réaliser cet objectif.

    Recommandez-vous l’expérience de mobilité internationale à d’autres jeunes ouverts sur le monde comme vous?

    Oui absolument. Dans une ère de technologie avancée, de mondialisation et d'innovation, le marché international est souvent une optique importante pour la réussite sur le long terme, indépendamment du domaine d’affaires. 

    The Franklin Electric