• 22.06.2016

    Allocution d’Alfred Pilon à l’occasion du Forum international jeunesse et emplois verts (FIJEV) – Moncton, 20 juin 2016

    Après le Niger en 2012 et 2014, c’est le Nouveau-Brunswick qui accueille du 20 au 24 juin le troisième Forum international jeunesse et emplois verts (FIJEV) dans la grande région de Moncton. Le forum permettra aux jeunes francophones âgés de 18 à 34 ans de valoriser leur créativité et leur esprit entrepreneurial en présentant des projets susceptibles de générer des emplois dans le domaine de l’économie verte.  Une foire aux emplois verts sera organisée pour permettre aux jeunes de présenter pendant une journée leurs projets et de susciter l’intérêt de partenaires techniques et financiers. 

    À l’occasion de l’ouverture du 3e FIJEV, M. Alfred Pilon, dirigeant de LOJIQ, à titre de représentant du gouvernement  du Québec, plus spécialement de la ministre des Relations internationales  et de la Francophonie, madame Christine St-Pierre, s’est adressé à l’audience réunie.

     

    Madame la mairesse (Moncton), monsieur le maire adjoint (Dieppe),
    Monsieur le Recteur,

    Monsieur le représentant de la Secrétaire générale de la Francophonie
    ,
    Madame la ministre du Développement économique et de la Francophonie,

    Distingués invités, chers jeunes,

    J’ai le plaisir et le privilège d’être parmi vous ce matin à titre de représentant du gouvernement  du Québec, plus spécialement de la ministre des Relations internationales  et de la Francophonie, madame Christine St-Pierre qui aurait bien aimé être avec vous ce matin, mais qui est retenue par ses engagements.

    (Le recteur de l’université m’a dit que la ministre St-Pierre est une diplômée de l’université de Moncton)

    La ministre St-Pierre est également responsable de LOJIQ , les Offices Jeunesse Internationaux du Québec, un regroupement d’organismes de mobilité internationale et bientôt nationale pour les jeunes adultes de 18 à 35. 

    J’ai également le plaisir et le privilège de diriger cette organisation qui soutient chaque année plus de 5000 jeunes dans leurs projets de développement personnel et professionnel, notamment les jeunes citoyens engagés, les créateurs, les entrepreneurs et les jeunes gens d’affaires, celles et ceux qui développent des projets en vue d’améliorer notre environnement dans une optique de développement durable.

    Nous soutenons des projets d’échange et de mobilité depuis près de 50 ans et nous savons que pour réussir il faut bâtir ses actions sur les partenariats.

    C’est une constatation qui prend forme de façon évidente lorsqu’on aborde les questions environnementales et de développement durable. On parle de la nécessité de partenariats à l’échelle planétaire. Les problèmes, les analyses et les solutions transcendent les frontières et nécessitent des prises de conscience et des actions COMMUNES. C’est pourquoi à LOJIQ nous nous employons à soutenir des projets qui créent des réseaux, qui tissent des liens entre jeunes de toute la planète et qui se logent à l’enseigne de l’innovation.

    Plus près de nous, je tiens à souligner un riche partenariat entre le Nouveau-Brunswick et le Québec avec qui nous partageons des intérêts entre nos provinces respectives, au Canada et dans toute la Francophonie.

    Le Nouveau-Brunswick est un acteur très important pour les questions de jeunesse et de francophonie.  Pensons à l’instauration, ici même, du Bureau de l’éducation et de la jeunesse de l’OIF, une permanence établie  depuis le Sommet de la Francophonie de 1999 qui avait plébiscité la question de la jeunesse.

    Je tiens à remercier les gens du Nouveau-Brunswick, du grand Moncton ainsi que de l’université pour l’organisation et l’accueil à ce 3e Forum International Jeunesse et Emplois Verts (FIJEV). Cela témoigne d’un grand dynamisme et d’une volonté ferme de soutenir les jeunes dans leurs ambitions de réussir tout en protégeant leur milieu de vie. Merci.

    Le FIJEV se veut un cadre de mobilisation et de concertation de jeunes, d’organisations de la société civile et de partenaires nationaux et internationaux intéressés par l’économie verte et plus précisément par la création d’emplois verts.

    Et ces emplois verts ils existent. Ils formeront un socle incontournable de la nouvelle économie mondiale et ce grâce, entre autres, à l’implication des États et des jeunes au sein d’entités tel le FIJEV.

    Nous avons constaté la portée du FIJEV à la Conférence des Nations Unies sur le développement durable Rio +20 alors que le Président de la République du Niger a lui-même porté la déclaration des jeunes réunis lors du premier Forum à Niamey.

    Le prochain Sommet de la Francophonie, le XVIe ,  se tiendra à Antananarivo au Madagascar en novembre prochain sous le thème, « Croissance partagée et développement responsable : les conditions de la stabilité du monde de l’espace francophone ». Ce thème est lié à l’entrepreneuriat et l’économie verte, le FIJEV est une belle occasion de montrer aux chefs d’États et de gouvernement le dynamisme de la jeunesse francophone. 

    Le FIJEV se décline en mesures pour la jeunesse, pour l’entrepreneuriat et pour le développement durable, trois priorités du Gouvernement du Québec et de la Francophonie.

    Ces priorités s’inscrivent dans le cadre de la nouvelle Politique québécoise de la jeunesse 2030 lancée en mars dernier par le premier ministre Philippe Couillard et répondent à l’engagement du Gouvernement du Québec à mettre en œuvre et promouvoir la Stratégie jeunesse de la Francophonie. 

    Je souligne de plus l’intérêt du Québec pour la mise en œuvre de la Stratégie économique pour la Francophonie et du Cadre stratégique 2015‑2022 de la Francophonie, notamment la promotion de l’emploi par l’entrepreneuriat chez les femmes et les jeunes. 

    Les travaux du FIJEV s’inscrivent dans la poursuite de la Conférence des Partenaires – 21 (COP21)  qui se tenait à Paris l’automne dernier.

    Le premier ministre du Québec y a annoncé la mise en place de mesures de coopération climatique à l’intention des pays francophones les plus vulnérables aux changements climatiques, des mesures totalisant 25,5M$. 

    À l’intérieur de ce montant, 1,400,000 $ est destiné à une initiative jeunesse qui sera lancée prochainement et qui s’inscrira en continuité avec le FIJEV, c’est à dire liée à l’entrepreneuriat et à l’économie verte pour des jeunes de 18 à 35 ans.

    Le FIJEV on y croit. Je disais plutôt que les emplois verts existent. Prenons l’exemple du Québec avec l’hydroélectricité, une énergie propre. Dans le plan d’action québécois, cela se traduit concrètement dans le marché du carbone visant la réduction des GES (gaz à effet de serre),  dans les transports électriques qui se déclinent en transport en commun, en véhicules électriques, en réseaux de bornes de recharge, en batterie qui utilise les ressources de nos mines de lithium. Tout autant d’opportunités et de débouchés pour de jeunes entrepreneurs.

    Je disais également qu’il faut des partenariats; les emplois verts seront disponibles partout suite à des partenariats entre pays, entreprises et individus, de nouveaux emplois de qualité. 

    Je me permettrai de citer le premier ministre du Québec : Nous devons de toute urgence accélérer l’adoption de technologies respectueuses de l’environnement et mettre en place un milieu propice à la création de millions d’emplois verts. Nous devons nous concentrer sur la transition vers une économie à faibles émissions de carbone. Loin d’être un obstacle à la croissance, la lutte aux changements climatiques façonnera l’économie du 21e siècle, tout comme le charbon l’a fait au 19e siècle et le pétrole, au 20e siècle.

    Ce nous c’est vous. Nous avons besoin de vous. Je m’adresse spécifiquement à vous les jeunes réunis pour participer à ce Forum.    On a besoin de vous pour façonner ce monde d’aujourd’hui et de demain. Marshall McLuhan a dit un jour que « la Terre est un vaisseau spatial sans passagers. Il n’y a que des membres d’équipage ». Vous êtes ce nouvel équipage qui s’investit dans toutes les formes d’un développement durable de notre planète. Que ce soit au niveau local, régional ou international, vous êtes ce que nous serons. 

    Je vous souhaite un très bon forum et aussi un après forum très productif. Faites vous entendre jusqu’au Sommet des Chefs d'État de la francophonie qui se tiendra cet automne à Antananarivo.

    Merci.

    Alfred Pilon/20 juin 2016/Moncton