• 06.12.2011

    OFQJ - « Regards croisés » sur l’insertion sociale et professionnelle des jeunes

    Un « regards croisés » sur l’insertion sociale et professionnelle des jeunes a eu lieu le 30 novembre à Paris, en présence du délégué général du Québec à Paris, Michel Robitaille, et du vice-président du Conseil régional d’Île-de-France chargé de la formation professionnelle, de l’apprentissage, de l’alternance et de l’emploi, Emmanuel Maurel.

    Organisé par l’Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ), cette rencontre s’inscrivait dans le cadre du 50e anniversaire de la Délégation générale.

    Ce « regards croisés » a permis de mettre en valeur les bénéfices de la mobilité des jeunes à l’international en particulier dans un but de réinsertion, tout en mettant en avant les besoins et les structures nécessaires à la mise place de ce type de projet.

    M. Maurel et M. Robitaille ont lancé la rencontre, le délégué général soulignant l’importance de l’insertion professionnelle. « Le programme de réinsertion sociale de l’OFQJ est à mon sens l’un de ses volets d’action les plus forts ». M. Maurel a pour sa part présenté la politique du Conseil régional d’Île-de-France qui appuie la mobilité des jeunes dans le domaine de l’apprentissage et de la formation professionnelle, notamment grâce au dispositif « mobilité Québec » de l’OFQJ. « La mobilité est une opportunité, un atout permettant une meilleure insertion professionnelle des jeunes. Elle donne une valeur ajoutée à leur profil » a-t-il expliqué.

    Le « regards croisés » comprenait deux ateliers: un premier sur le fonctionnement et les possibilités des structures d’insertion à l’international et le second sur la mobilité des jeunes comme vecteur de réinsertion sociale.

    Les structures d’insertion à l’international : quel rôle?

    Farid Mebarki, conseilleur d’éducation populaire et de jeunesse au ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative, auteur d’un référentiel sur le métier d’accompagnateur de projets jeunes et Véronique Saint-Louis, chargée de projets à LOJIQ de Montréal ont d’abord échangé sur le fonctionnement des structures d’insertion, leurs rôles et le processus à suivre pour définir un projet à l’international. « L’encadrement de projets est la clef de la réussite d’une expérience à l’internationale » a souligné Véronique Saint-Louis.

    La mobilité des jeunes, vecteur de réinsertion sociale

    Lors du second atelier, François Béchard, directeur gestion humaine et développement organisationnel à la TOHU, Cité des Arts du Cirque a témoigné de la réussite de sa structure dont l’une des missions principales est de contribuer au développement social et économique du quartier Saint-Michel à Montréal. Grâce à la TOHU, de nombreux jeunes du quartier ont pu trouver un emploi.

    Danièle Gremillet, responsable de l’Association M.O.O.V.E (Mobilité orientation Vers l’Emploi) en Seine Saint-Denis, a témoigné aussi de l’expérience française. Enfin, un jeune ayant effectué un séjour en octobre au Québec a témoigné de son expérience en exprimant l’ouverture et les perspectives d’emploi qu’elle lui a apporté.

    Photo : Le secrétaire général de l'OFQJ (Québec), Alfred Pilon, Michel Robitaille, délégué général du Québec à Paris, Emmanuel Maurel, vice-président du Conseil régional d’Île-de-France chargé de la formation professionnelle, de l’apprentissage, de l’alternance et de l’emploi et le secrétaire général de l'OFQJ (France) Frédéric Lefret

    Source : Délégation générale du Québec à Paris