• 09.12.2015

    Retour sur la COY11/COP21 par les participants de la délégation LOJIQ/OFQJ - Line Poulin-Larivière : une participation élargie aux conférences internationales sur le climat; pourquoi soutenir des jeunes professionnels engagés?

    LOJIQ a soutenu dans le cadre de son programme Engagement citoyen, la participation d’une délégation de dix jeunes experts sur les questions de l'eau et du changement climatique à la 11e Conférence de la jeunesse COY 11 et aux espaces société civile de la 21e Conférence des parties de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques COP 21. Dans le cadre du projet « La jeunesse francophone pour l’eau » initié par l’Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ) et le Global Water Partnership (GWP), en partenariat avec le Secrétariat international de l’eau (SIE) et son Parlement mondial des jeunes pour l’eau (PMJE), les jeunes québécois se sont joints, à Paris, du 25 novembre au 2 décembre, à une délégation de 42 jeunes francophones issus de dix-sept pays différents pour travailler à la rédaction du livre blanc Un Paris pour l’eau, dans lequel ils expriment leurs constats et leurs recommandations sur les thématiques de « l’eau et l’agriculture », « l’eau et la santé », « le partage de l’eau » et « l’eau et les aléas climatiques ».  Retour sur cette expérience riche de rencontres et de prises de conscience avec les compte-rendus et perspectives d’avenir envisagés et spécialement livrés à LOJIQ par six de ses participants.

    Témoignage de Line Poulin-Larivière

    Line Poulin-Larivière détient une maîtrise en administration publique, un diplôme court de 2e cycle en management public et un baccalauréat en études internationales. Passionnée par les enjeux internationaux, elle s’intéresse aux efforts d’adaptation aux changements climatiques dans le cadre de ses activités de recherche à l’École nationale d’administration publique (ENAP) de Québec. Elle partage ici son expérience.

    Prendre la décision réfléchie d’augmenter son empreinte carbone pour se rendre à Paris et participer aux conférences internationales représente une opportunité unique que dix jeunes québécois ont récemment saisie. Ensemble, ils ont participé à trois activités : la rédaction d’un livre blanc au sein du projet «La Jeunesse francophone pour l’eau», la Conférence pour les Jeunes (COY11) et la 21e Conférences des parties (COP21).

    Bénéficiant d’un support financier partiel, ces jeunes ont répondu à l’appel de candidatures de LOJIQ - Les Offices jeunesse internationaux du Québec et se sont rendus dans la capitale française pour mettre en pratique leur expertise, pour développer de nouvelles compétences et pour se familiariser avec les enjeux climatiques vécus par leurs collègues à l’étranger. Malgré leur riche bagage académique et professionnel, les participants allaient faire la rencontre de personnalités normalement inaccessibles provenant de différents horizons. À chaque fois, ils ont saisi l’occasion pour passer leur message, adresser leurs préoccupations et formuler quelques recommandations concrètes.

    Les représentants officiels et la classe politique

    La qualité et la clarté des échanges surprendront sans aucun doute plusieurs citoyens. Que pensez-vous d’un jeune qui communique personnellement ses inquiétudes au premier ministre quant au déroulement des évaluations environnementales en ce qui concerne le projet d'exploitation d’hydrocarbures à Anticosti? Que pensez-vous si Monsieur Couillard lui répond en affirmant qu’il n’est pas favorable à ce projet et qu’il ne comprend pas pourquoi sa position n’est pas aussi claire dans les journaux québécois? Toujours des doutes sur la nature des propos? Notez que quelques jours plus tard, Radio-Canada publiait un article intitulé «Couillard se dissocie du projet pétrolier sur Anticosti». Ce type de conversation enrichissante a également été possible avec Michel Robitaille (Délégué général du Québec à Paris), Line Beauchamp (représentante du Québec au sein de la Délégation permanente du Canada auprès de l'UNESCO), Ségolène Royal (ministre française de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie) et Annik Girardin (Secrétaire d'État au Développement et à la Francophonie auprès du ministre des Affaires étrangères et du Développement international de la France).

    Les professionnels et les personnalités de renom

    Les organisateurs se sont assurés d’avoir au programme des rencontres inspirantes et mobilisatrices pour encourager les actions concrètes. Les participants ont acquis de nouvelles connaissances et habiletés à travers le partage d’expériences de l’entreprise publique «Eau de Paris» et l’encadrement par des journalistes expérimentés. Les jeunes professionnels ont également été encouragés par les propos et la rencontre de l’astrophysicien Hubert Reeves, l’écrivain Nicolas Hulot et l’écologiste Vandana Shiva.

    Les jeunes engagés  

    Le réseautage permet à plusieurs participants de tirer des leçons des expériences vécues ailleurs, de mieux comprendre les préoccupations des pays du Sud et d’envisager de nouvelles perspectives d’emploi. Provenant de partout dans le monde, les participants de la COY11 ont eu l’occasion de présenter leur démarche et de se familiariser avec celle des autres. Les témoignages et les présentations réalisées par des jeunes à la COP21 touchent l’auditoire. Tous partagent leurs inquiétudes et martèlent qu’il est temps d’agir. Parmi les nombreuses présentations, la démarche des jeunes de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys et les ateliers d’individus intrépides comme Vincent Verzat (formateur passionné de l’empathie et la paix) poussent à s’investir davantage dans nos milieux respectifs.

    Alors que de nouveaux acteurs tels que les élus, le secteur privé et les organisations non gouvernementales s’intègrent aux processus de négociations, il est pertinent de se demander si les prochaines générations auront une place à la table des négociations?

    Cinq recommandations de lecture pour une communication efficace
    1. Se préparer aux rencontres avec les jeunes issus d’autres pays en se familiarisant avec les contributions nationales (c’est-à-dire les INDC- Intended Nationally Determined Contributions). http://www.cop21.gouv.fr/comprendre/pays-par-pays/
    2. En cas de doute, s’informer sur le sens des mots et des expressions en consultant le Dictionnaire de la pensée écologique. http://www.puf.com/Quadrige_dicos_poche:Dictionnaire_de_la_pens%C3%A9e_%C3%A9cologique
    3. Mieux saisir les enjeux liés à la gestion de l’eau, car vous n’êtes pas diplômé d’un Master en Sciences de l’Eau. http://www2.cnrs.fr/presse/communique/4307.htm
    4. Rester informé grâce à la couverture quotidienne des négociations dans le quotidien Le Monde. http://www.lemonde.fr/cop21/
    5. Lire le populaire plaidoyer pour l’action proposant 10 engagements individuels de Nicolas Hulot. http://www.fondation-nicolas-hulot.org/magazine/osons-plaidoyer-dun-homme-libre

    Photo du bas: Le 29 novembre 2015, la délégation de jeunes experts québécois a rencontré le premier ministre du Québec Philippe Couillard pour une discussion informelle. De gauche à droite en débutant par l’arrière se trouve Thierry Tulasne, chargé de projet chez LOJIQ, et suivent les membres de la délégation: Thiago Hutter, Josiane Alarie, Laurie Fourneaux, Anne-Sophie Sainte-Marie, Élizabeth Laval, Renaud Gignac, Line Poulin-Larivière, Audrée Giard Leroux et Lowine Hill.


    Line Poulin-Larivière,
    Membre de la délégation québécoise – LOJIQ/OFQJ
    M.A.P. Administration internationale
    linepoulinlariviere(at)live.ca