• 09.12.2015

    Retour sur l’expérience COY11 et COP21 par les participants de la délégation LOJIQ/OFQJ - Josiane Alarie : prendre le pouls de la situation de l’eau à travers le monde

    LOJIQ a soutenu dans le cadre de son programme Engagement citoyen, la participation d’une délégation de dix jeunes experts sur les questions de l'eau et du changement climatique à la 11e Conférence de la jeunesse COY 11 et aux espaces société civile de la 21e Conférence des parties de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques COP 21. Dans le cadre du projet « La jeunesse francophone pour l’eau » initié par l’Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ) et le Global Water Partnership (GWP), en partenariat avec le Secrétariat international de l’eau (SIE) et son Parlement mondial des jeunes pour l’eau (PMJE), les dix jeunes québécois se sont joints, à Paris, du 25 novembre au 2 décembre, à une délégation de 42 jeunes francophones issus de dix-sept pays différents pour travailler à la rédaction du livre blanc Un Paris pour l’eau, dans lequel ils expriment leurs constats et leurs recommandations sur les thématiques de « l’eau et l’agriculture », « l’eau et la santé », « le partage de l’eau » et « l’eau et les aléas climatiques ».  Retour sur cette expérience riche de rencontres et de prises de conscience avec les compte-rendus et perspectives d’avenir envisagés et spécialement livrés à LOJIQ par six de ses participants.

    Témoignage de Josiane Alarie

    Josiane Alarie est originaire de la région des Hautes-Laurentides au Québec, tout au long de ses études en écologie appliquée au cégep de La Pocatière, puis au baccalauréat en science de l’agriculture et de l’environnement – majeure biologie faunique- elle s’est impliquée dans sa communauté et dans différents comités environnementaux. Elle œuvre depuis deux ans au sein de la Société de Conservation et d’Aménagement du Bassin de la Rivière Châteauguay (SCABRIC) laquelle intervient sur l’implication de la gestion intégrée de l’eau par bassin versant. Elle partage ici son expérience.

    Après dix jours de rencontres et de conférences sur le thème des changements climatiques à Paris, nous voici de retour d’une expérience mémorable. Au cours de ces rencontres, nous avons pu prendre le pouls de la situation de l’eau à travers le monde. En effet, notre délégation était composée de 52 jeunes experts sur la question de l’eau, venant de 17 pays francophones et ayant des réalités très différentes les unes des autres. C’est au contact de ces êtres extraordinaires que nous nous apercevons à quel point nous sommes choyés au Québec.

    Au cours de quatre rencontres portant spécifiquement sur la rédaction d’un livre concernant l’eau, nous nous sommes penchés sur quatre thèmes universels : le partage de l’eau, l’eau et les aléas climatiques, l’eau et la santé et finalement l’eau et l’agriculture. Nous avons découvert que, bien qu’ayant des réalités très différentes, l’eau est au cœur de tout et que nos enjeux se rejoignent en bien des points. Nous avons tous besoin d’une eau de qualité et en quantité suffisante pour mener à bien nos projets. Que ce soit au Bénin ou au Québec, l’eau doit être protégée, respectée et valorisée. De plus, les jeunes doivent tenir une place importante pour l’avenir de cette richesse.

    Avec la rédaction du livre blanc Un Paris pour l’eau, nous en sommes venus à distinguer des constats et des recommandations qui, nous l’espérons, inspirerons les décideurs mondiaux. Bien que nous aurions aimé discuter plus en profondeur autour de nos quatre thèmes, nous sommes arrivés à des consensus sur ces questions fondamentales. Ce ne fut pas toujours facile puisque la vision de l’eau change selon la région. Les pays subissant un stress hydrique important ont beaucoup à montrer aux privilégiés.

    Nous espérons grandement que ce travail n’est que la première pierre posée par les jeunes pour une mobilisation mondiale. L’avenir se trouve dans la coopération entre les générations et les pays ainsi que dans l’éducation.

    En plus de nous exprimer sur la question de l’eau, nous avons pu assister, dans le cadre de la COY11 et de la COP21, à de nombreuses conférences fort inspirantes pour le futur. De nombreuses initiatives ont déjà lieu, un peu partout dans le monde, pour prévenir et réduire les effets des changements climatiques. Il n’en tient qu’à nous de nous emparer de cet élan pour préserver notre Terre.

    Josiane Alarie
    Membre de la délégation québécoise – LOJIQ/OFQJ
    Chargée de projet – SCABRIC
    j.alarie(at)scabric.ca