• 11.07.2019

    Quatre jeunes sociologues québécois participent à un colloque international au Bénin

     

    LOJIQ, en collaboration avec le comité scientifique 28 "Sociologie de la jeunesse" de l'Association internationale des sociologues de langue française (AISLF), soutient la participation de 4 jeunes engagés au colloque international sur le thème "La jeunesse en Afrique francophone. Des engagements à l'affirmation du sujet" les 10 et 11 juillet 2019 à Calavi au Bénin.  Le colloque est suivi d’une réunion de travail scientifique visant à poser les bases d'un projet de recherche internationale sur la jeunesse en Afrique francophone.

    L'objectif de ce colloque dédié à la jeunesse en Afrique francophone, est de mieux saisir les modalités du passage des initiatives individuelles prises pour résister aux contraintes et aux aléas du quotidien, aux mobilisations collectives menées pour influencer le cours des choses. Il est donc question de pouvoir, de rapports de force, de conflit, de résilience, mais aussi d’identités individuelles et collectives.

    A l’issue de ce colloque, une réunion scientifique est consacrée à la rédaction d’un projet de recherche internationale ayant pour objet la jeunesse en Afrique francophone, sur la base des constats les plus pertinents qui seront retirés du colloque.

    Biographie de la délégation québécoise

    Louise-Andrée Boudreault
    Louise-Andrée Boudreault a complété un baccalauréat, à l’Université de Montréal, cumulant une majeure en sociologie et un certificat en coopération internationale. À l’Université de Montréal, sous la direction de Pre Anne Calvès, elle effectue actuellement une maîtrise en sociologie intitulée « L’activisme “féministe” sur Twitter et Instagram en Afrique : exploration de trois initiatives sénégalaises contre les violences sexuelles ». À travers cette recherche, elle s’intéresse, entre autres, à l’expérience des jeunes sénégalaises initiant des mobilisations en ligne, faisant écho au phénomène MeToo.

    Gabriel Demers-Hamel
    Étudiant au baccalauréat en sociologie à l’Université Laval, auxiliaire de recherche en sociologie du travail et participant à la onzième édition de l’école d’Été (Dynamiques des sociétés africaines) du Groupe Interuniversitaire d’Études et de Recherches sur les Sociétés africaines (GIERSA), Gabriel aspire à devenir un sociologue africaniste et un professeur-chercheur. Engagé dans sa formation sociologique, il y a consolidé des connaissances opératoires sur la théorie sociologique de l’individu, notamment en ce qui a trait au processus d’’individuation, d’individualisation et de singularisation.

    Honoré Gbedan
    Honoré Gbedan est à la fois titulaire du Diplôme de Conseiller principal en Jeunesse et Animation socio-éducative à l’Institut National de la Jeunesse, de l’Éducation physique et du Sport (INJEPS-UAC), d’une Maîtrise Es-Sciences Juridiques de la Faculté de Droit et de Sciences politiques de l’Université d’Abomey-Calavi et d’un Master complémentaire en Développement, Environnement et Sociétés à l’Université de Liège.  Honoré est présentement doctorant au département de Sociologie de l’Université Laval. Sa recherche doctorale, sous la codirection de Simon Langlois et de Patrice Martin Dumas, a pour titre : « Pratiques et représentations sociales du don dans la sphère philanthropique associative en République du Bénin: cas de trois ONG locales partenaires d’Oxfam-Québec et des populations bénéficiaires directes de leurs activités ».

    Maude Jodoin-Léveillée
    Maude Jodoin Léveillée est diplômée d’une maitrise en Études internationales, profil coopération et développement. Elle poursuit actuellement ses études doctorales au département de sociologie de l’Université de Montréal. Ses recherches portent sur les formes de féminisme et de militantisme au sein des associations promouvant les droits des femmes au Togo. Dans le cadre de sa thèse, elle collabore avec des jeunes actifs dans le milieu associatif togolais. Elle a également été chargée du cours « Sociétés africaines en mutation » offert par l’Université de Montréal. 


    Ce projet s’inscrit dans le cadre du programme Engagement citoyen de LOJIQ visant à favoriser l’implication sociale des jeunes Québécois.