Jeudi 22 octobre, les sections française et québécoise de l’Office franco-québécois pour la jeunesse ont organisé un webinaire à destination des professionnels de l’insertion et de l’employabilité des jeunes sur le thème « Comment et pourquoi faire un projet d’insertion franco-québécois ? ».

À travers une série de conseils et les témoignages de la Mission Locale de l’Aigle Mortagne et du Carrefour jeunesse-emploi Thérèse-de-Blainville (CJE), un guide des informations essentielles et des bonnes pratiques a été dressé à l’intention des professionnels français et québécois.

Qu’est-ce qu’un projet d’insertion franco-québécois ?

Il s’agit d’une expérience collective de mobilité internationale dont l’objectif est de développer des outils favorables à une 1re insertion en emploi, au maintien en emploi ou à l’orientation scolaire et professionnelle.

En d’autres termes, il s’agit d’un séjour de groupe d’une dizaine de jours en moyenne, durant lequel des jeunes, éloignés de la mobilité, réalisent un projet de vie à leur image leur permettant également de vivre une expérience de dépassement de soi, d’augmenter leurs chances d’obtenir ou de maintenir un emploi et de valider leurs intérêts scolaires et professionnels.

L’exemple de la Mission locale de l’Aigle Mortagne

Depuis 2012, la Mission locale de l’Aigle Mortagne bénéficie du soutien de l’OFQJ pour envoyer des jeunes en mobilité temporaire au Québec, à l’occasion de séjours collectifs de découverte, de stages de perfectionnement pour demandeurs d’emploi ou de missions de service civique. Grâce à un partenariat fructueux avec les CJE Laurentides, Marguerite d’Youville et de Sherbrooke, la Mission locale de l’Aigle organise des séjours thématiques sur l’engagement citoyen ou la culture au Québec. Elle accueille des délégations québécoises en France en trouvant des familles d’accueil.

Ces projets mettent à la fois en valeur l’histoire du Perche en Normandie et son lien avec le Québec, et permettent une immersion profonde sur place, grâce à un hébergement en famille d’accueil. Ces dispositifs représentent un réel tremplin vers l’autonomie pour des jeunes qui n’auraient pas vécu d’eux-mêmes, sans le soutien du groupe et de l’accompagnateur, une expérience de mobilité.

Geoffrey Cornu, Mission Locale de l’Aigle Mortagne

L’exemple du Carrefour jeunesse-emploi Sainte-Thérèse

L’OFQJ au Québec, en partenariat avec le Réseau des Carrefours jeunesse-emploi du Québec (RCJEQ), plébiscitent l’organisation de chantiers d’insertion en 3 étapes :

  1. La préparation au départ
  2. Le projet de mobilité en France
  3. L’activité de retour

La France représente pour le Québec une porte d’entrée francophone pour l’Europe et un partenaire historique fort.

Pierre Croteau, conseiller en emploi du CJE Thérèse-de-Blainville a insisté sur l’impact de la mobilité internationale des jeunes, la nécessité de créer des expériences marquantes et inédites et la nécessité de capitaliser sur leur expérience au retour pour amorcer un changement dans la dynamique professionnelle des jeunes.

Le rôle de l’OFQJ

L’OFQJ Québec offre bien plus qu’un soutien financier. En effet, l’organisme offre un accompagnement, ainsi qu’un service-conseil aux différents organismes d’employabilité qui souhaitent élaborer un projet d’insertion socioprofessionnelle en France. L’OFQJ peut aider à développer une idée de projet ou trouver un milieu d’accueil en France par exemple.

Catherine Paradis, chargée de projets au programme d’Insertion socioprofessionnelle a fait certaines recommandations, dont :

  • Réaliser une mission exploratoire en France pour mettre sur pied un partenariat en vue de faire un chantier d’insertion
  • Monter le projet 6 mois à l’avance
  • Privilégié un projet de mobilité d’une durée de 2 semaines ou plus
  • Groupe de 6 à 8 participants (en fonction du budget disponible de l’OFQJ)
  • Avoir une bonne chimie entre les 2 intervenants accompagnateurs
  • Ne pas sous-estimer l’importance des activités de préparations prédépart
  • Avoir un budget pour les imprévus
  • Bien choisir les jeunes qui participent au projet afin de s’assurer que ceux ayant eu des problèmes psychosociaux soient en équilibre

Les Missions Locales

En France, les Missions locales (ML) exercent une mission de service public de proximité avec un objectif essentiel : accompagner les jeunes de 16 à 25 ans dans leurs parcours d’insertion professionnelle et sociale. Équivalent des Carrefours jeunesse-emploi au Québec, elles sont coordonnées par l’Union Nationale des Missions Locales.

Article suivant