Les 11 et 12 mars derniers, Thierry Tulasne, coordonnateur au programme Engagement citoyen de LOJIQ, a pris part à la 2e édition du Congrès Metropolis Francophonie Mondiale. Cette année, les organisateur·trices ont invité les parties prenantes à échanger sur la mobilité humaine dans l’espace francophone, en se questionnant particulièrement sur l’influence que les crises politiques et climatiques peuvent avoir sur un individu alors qu’il décide de quitter son pays.

Co-présidé par son excellence, madame Souriya Otmani, Ambassadeure du Royaume du Maroc, par monsieur Yves-Gérard Méhou-Loko, secrétaire général de la Commission canadienne pour l’UNESCO — CCUNESCO —, et par la Pr Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky, directrice de l’Institut Convergences Migrations, le congrès annuel est composé de séances plénières auxquelles sont invité·es d’éminent·es conférencier·ères, ainsi que d’ateliers et de tables rondes qui touchent une grande variété de sujets.

Les convives ont pu assister et intervenir lors de différents panels sur la non-reconnaissance des acquis, les défis et opportunités de l’accueil des réfugié·es en zone rurale. Un des panels traitait de la dégradation des droits et la répression croissante des personnes LGBTQI+ dans plusieurs parties du monde.

Finalement, la dernière plénière donnée mardi, a permis aux personnes présentes de discuter à propos de la jeunesse francophone d’aujourd’hui, de son identité présente et future, et de ses désirs de mobilité. La discussion a aussi porté sur le rapport que la jeunesse tient envers la langue française, aux cultures que cette dernière véhicule et sur sa pertinence dans la facilitation de leur intégration dans un nouvel environnement. C’est d’ailleurs lors de cette rencontre que Thierry Tulasne a pu partager son vécu et ses recommandations avec ses interlocuteur·trices. Parmi les panelistes de cette rencontre se trouvaient Elian Peltier, correspondant au New York Times Afrique de l’Ouest basé au Sénégal ; Ari Gautier, écrivain francophone d’Oslo, en Norvège ; et Srilata Ravi, professeure émérite de l’Université de l’Alberta.

Article rédigé par : Helen Steiman

EN SAVOIR +

Le Congrès national Metropolis est le plus grand rassemblement annuel de chercheurs et chercheuses, de décideurs et de décideuses et de représentant·es d’organismes d’aide à l’établissement et communautaires œuvrant dans le domaine de l’immigration et de l’établissement au Canada.

Chaque mois de mars, le Congrès national Metropolis réunit jusqu’à 1 000 personnes afin de discuter des problèmes émergents, d’identifier et de définir les priorités de recherche et d’informer les politiques relatives à l’immigration, aux réfugié·es, à l’établissement et à l’intégration au Canada.

Article suivant