Du 15 au 19 février, LOJIQ, en partenariat avec l’OFQJ France, Katalizo, l’Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI), Alternatives et le Journal des alternatives : une Plateforme altermondialiste, a soutenu la participation d’une délégation de 9 jeunes québécois·es à l’édition 2024 du Forum social mondial — FSM.

Cette année le Forum, qui a pris officiellement fin le 25 février, a eu lieu à Katmandou, au Népal. Il a accueilli un total de 50 000 personnes qui se sont réunies pour échanger sur la démocratie, la justice sociale et économique, l’éducation, les arts, la souveraineté alimentaire, ainsi que plusieurs autres axes thématiques. 15 000 d’entre elles ont été vues et entendues alors qu’elles ont pris part à la marche d’ouverture de l’événement.

En tout, ce sont 98 pays et 1 400 organisations qui ont participé à ce grand rassemblement. Les organisateur·trices y ont aussi dénoté une forte présence des jeunes, notamment parmi les 750 volontaires présent·es, ce qui démontre le grand intérêt des jeunes sur les questions sociétales, et ce qui prouve que l’inclusion des jeunes dans ce type de mouvement est primordiale pour en assurer la pérennité.

En ce sens, et en amont du Forum, Daphnée Leroux-Maurais, membre de la délégation LOJIQ, aura eu l’occasion de collaborer avec l’équipe de Yuwalaya, en prévision de l’événement qui a eu lieu le mois dernier.

Au sein de cette équipe, elle a contribué à l’organisation de deux panels. Le premier permettant un dialogue intergénérationnel et explorant la vision des jeunes sur l’avenir, suivi d’un second panel sur les droits à l’accès au numérique, mettant en lumière la disparité de facilité d’accès dans différentes communautés.

Durant leur séjour, les participant·es ont parallèlement pu apporter un soutien logistique, fort apprécié, à l’équipe technique du FSM, notamment en assurant un rôle d’interprète lors de certaines activités. Toutes et tous ont pu prendre part à nombre de panels et prêter oreille à plusieurs discours de personnes ou groupes d’influence dans les causes sociales.

À l’ouverture du Forum, qui proposait plusieurs performances culturelles et faisait place à plusieurs discours de différents leaders de mouvements sociaux locaux et régionaux de l’événement, monsieur António Guterres, secrétaire général des Nations Unies, a envoyé un message de salutation et de solidarité.

« Le Forum social mondial représente un espace important pour faire entendre des voix, se concentrer sur les plus vulnérables, redonner de l’espoir et trouver des solutions innovantes pour les peuples et la planète.

Alors que les conflits font rage et que les divisions géopolitiques s’accentuent, il est crucial de s’unir pour le bien commun.

Enfin, nous devons nous unir au sein des communautés — sur la base d’un contrat social renouvelé, fondé sur la confiance, la justice et l’inclusion, et ancré dans les droits de la personne. Les femmes, les jeunes et les personnes marginalisées doivent avoir leur place aux tables où se prennent les décisions. Un monde de paix, de dignité et de durabilité n’est pas seulement possible, il est nécessaire. Construisons-le ensemble. » Antonio Guterez.

Parmi les personnalités s’exprimant lors de cette cérémonie, les participants ont pu entendre monsieur Walden Bello, ancien membre de la Chambre des représentants des Philippines, invitant à combattre le capitalisme, les inégalités et le fascisme grandissant des populismes d’extrême droite, et Aleida Guevara. Fille du Che, elle a lancé un vibrant appel à lutter contre l’impérialisme, et à la solidarité avec les populations opprimées, tout en concluant son allocution par un « hasta la victoria, siempre » lourd de sens. La cause palestinienne était au centre de nombreux discours.

En marge de ce grand rassemblement, nos jeunes ont également pu prendre part à des activités de terrain organisées par nos partenaires les 14 et 20 février.

Tout au long de leur séjour, les 10 participant·es ont partagé activement leurs expériences du FSM à travers différents médias tels que l’écriture, la photographie et le dessin. Certains de leurs comptes rendus peuvent d’ailleurs être lus sur le site du Journal des Alternatives.

 

Cet article a été rédigé par Helen Steiman
Crédits photos : Luna Choquette-Loranger | Alice Chipot  

EN SAVOIR +

Depuis ses débuts, en 2001, le FSM a vu ses efforts porter fruit en apportant de nombreux changements au sein de diverses communautés à travers le monde. Il contribue à favoriser la convergence d’actrices et acteurs au niveau international, renforce l’action pour les causes sociales internationales, et encourage la dénonciation ainsi que les actions contre les inégalités et injustices dans le monde.

Le Collectif jeunesse vers le FSM Népal 2024 vise à favoriser le renforcement des liens intergénérationnels dans les dynamiques des Forums Sociaux, facilitant la mise en synergie des réseaux participants, entre eux et avec des initiatives terrain, le tout dans une perspective de contribuer à la transition vers des sociétés résilientes, collaboratives et durables, à partir de la mise en valeur d’expériences concrètes.

Article suivant