LOJIQ a soutenu un groupe de jeunes engagés, allochtones et autochtones, qui a participé à un séjour de sensibilisation aux études supérieures, à la vie universitaire et à la recherche auprès des élèves de secondaire 4 et 5 de l’école Nikanik de Wemotaci. Le projet a consisté à faire vivre aux élèves des expériences reliées à différents domaines d’étude à travers un grand jeu immersif. Les 9 étudiantes et étudiants de l’Université de Montréal, par le biais de Cap campus, ont pris part à l’ensemble du processus de cocréation, à l’élaboration du jeu, à l’animation sur place et à l’accompagnement des élèves.

Le projet Acokanikew, qui signifie « faire un pont » en atikamekw, a été développé dans le cadre d’une réflexion de l’Université de Montréal appelée Place aux Premiers Peuples : repensons la persévérance. Il s’agit de l’aboutissement d’une démarche de coconstruction entre l’Université de Montréal, la Coop Nitaskinan et l’école secondaire Nikanik de Wemotaci.

Les élèves étaient divisés en équipes afin de travailler la coopération tout en ayant une petite compétition stimulante. Basés sur les différents domaines d’études, les plateaux de jeu étaient variés :

  • Salle de tri : santé humaine, administration, relation d’aide
  • Atterrissage sécuritaire : matière analysée, habitat
  • Maquette : habitat, communication (dimension de sécurisation culturelle)
  • Organisation d’événement sportif : administration, santé humaine
  • Participation au tournoi sportif
  • Voyage virtuel : société humaine, arts, informatique (dimension de sécurisation culturelle)
  • Préparation de bagels : matière analysée, biologie et environnement (dimension de sécurisation culturelle)

Le projet a permis aux élèves de développer leur leadership, leur faire connaître divers domaines d’études et les sensibiliser au fait qu’il est possible pour eux de poursuivre leurs études et de trouver leur place en tant qu’autochtone dans une institution postsecondaire.

Ce séjour en communauté autochtone représentait la première phase d’un projet plus large, puisque les élèves de l’école Nikanik ayant pris part à l’activité seront invités à Montréal où d’autres activités de sensibilisation à la poursuite des études et de sécurisation culturelle seront organisées.

Témoignages

« Ma plus grande motivation à participer à ce projet était la volonté d’inspirer les jeunes. Étant moi-même issue d’une communauté des Premières Nations, j’aurais aimé, en grandissant, pouvoir m’identifier à un modèle Autochtone et être inspirée par celui-ci. J’ai grandi dans ma communauté, mais également en dehors de celle-ci, plus en milieu urbain, j’ai donc eu quelques problèmes d’identité en grandissant. Je pense donc sincèrement qu’avoir un modèle Autochtone aurait eu un impact positif sur ma motivation, ma volonté à persévérer et cela m’aurait également aidé à forger mon identité. J’ai voulu démontrer qu’il n’est pas nécessaire d’avoir un parcours linéaire, ni parfait, et j’ai eu la chance de partager et d’échanger sur mes expériences personnelles et professionnelles ainsi que mon parcours. Ce projet me tient à cœur car il représente un pas de plus pour contrer la sous-représentation des Autochtones au niveau scolaire. J’étais vraiment excitée à l’idée de participer à un projet qui vise l’inclusion des Premiers Peuples et pour la première fois j’ai eu l’opportunité de participer à un projet qui s’ouvre à la réalité de Premières Nations, sans que ce soit l’inverse. » – Janel Poulin

« Je crois que mon implication s’insère dans le commencement d’une (ré)éducation personnelle aux réalités autochtones, mais qui peut aussi contribuer à développer des sensibilités à l’égard de mon entourage. Au retour du séjour, j’ai déjà eu l’opportunité de discuter avec ma famille et mes ami.es de mon expérience et de susciter des discussions et des réflexions sur le projet dans une visée plus large de persévérance, de sécurisation culturelle et de rencontres. Cette expérience me permet aussi de vouloir continuer mon implication dans de projets futurs en lien avec les mondes autochtones. » – Élodie Sabourin

En savoir +

Le programme Engagement citoyen favorise l’implication sociale des jeunes adultes âgés de 18 à 35 ans déjà engagés ou souhaitant s’engager dans un projet citoyen. LOJIQ offre un accompagnement et un soutien financier pour la réalisation de projets impliquant une mobilité au Québec, au Canada ou à l’international.

Article suivant