Du 16 au 18 mai, une délégation de jeunes femmes engagées a participé au Sommet sur l’égalité des genres à Whitehorse. Un forum où les acteur·trices du mouvement de l’égalité des genres au Canada ont pu se réunir afin de renforcer leurs capacités, de partager leurs expertises et de déterminer une voie à suivre pour un Canada plus juste et équitable. Grâce au soutien de LOJIQ, les participantes ont pu faire leurs premiers pas en territoire yukonnais. Eve Line Lafond, chargée de projets du programme Engagement citoyen de LOJIQ, a accompagné cette délégation tout au long de leur participation à ce sommet.

Sous le thème de Gens, perspectives et partenariats, cette édition a été organisée par le Réseau Avenir égalitaire. Le sommet a accordé une place centrale à la diversité des voix qui composent le mouvement de l’égalité des genres et a permis de partager des expériences du Nord. Il a finalement permis de souligner les défis uniques des communautés nordiques et rurales. À la veille du Sommet, la délégation, accompagnée d’Eve Line Lafond, est allée à la rencontre de plusieurs organismes de la francophonie canadienne dont l’Association franco-yukonnaise (AFY), le journal L’Aurore boréale et le Centre scolaire secondaire communautaire Paul-Émile Mercier.

Groupe de jeunes femmes participantes au Sommet sur l'égalité des genres

La délégation qui s’est déplacée à Whitehorse était composée de :
Élodie Auger, militante dans l’âme
Catherine Bédard, infirmière clinicienne travaillant en gestion de projets en santé publique et mentale
Florence Bois Villeneuve, traductrice et terminologue agréée
Catherine Champagne, candidate au doctorat en psychologie à l’UQAM
Justine Chénier, responsable des communications au sein du Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS)
Louise Cottereau, coordinatrice des projets du Collectif social et chargée du projet Commande un Angelot durant l’été 2023
Gabrielle Comtois, responsable à l’analyse des enjeux au RQCALACS
Laura Lacroix, sexologue au Centre de prévention et d’intervention pour les victimes d’agression sexuelle (CPIVAS)
Catherine Maertens, coordonnatrice en relations gouvernementales et en recherche chez TACT
Catherine Meek-Bouchard, étudiante au doctorat en psychologie avec concentration de troisième cycle en études féministes à l’Université du Québec à Montréal
Anne-Julie Morasse, depuis 3 ans au volet jeunesse du Comité de solidarité Trois-Rivières
Alexandra Paradis, travaillante dans un centre d’aide et de lutte contre les agressions sexuelles depuis plus de 3 ans
Marie-Christine Peiyu Savard, intervenante psychosociale au Centre communautaire LGBTQ+ de Montréal
Katia Pharand Dinardo, détentrice d’un baccalauréat en travail social de l’UQAM et une maîtrise en droit international et droits humains de l’Université mandatée par les Nations Unies, UPEACE
Taylor Rubin, complète actuellement une maîtrise en éducation et société à McGill, avec une attention particulière portée sur les études critiques sur la race, la classe et le genre

Le 17 mai, 1er jour du Sommet, a débuté par un groupe diversifié de leaders du Nord, d’agent·es de changement et de voix locales qui ont exposé les défis uniques à relever pour faire progresser l’égalité des genres au sein de leurs collectivités. Plus tard, différentes discussions se sont tenues ayant pour thèmes Les arguments d’un financement féministe et Transformer la sécurité alimentaire et la nutrition. Finalement, la journée s’est terminée par une superbe prestation d’artistes des Premières Nations, les danseurs du groupe The Dakhká Khwáan Dancers de la nation Carcross/Tagish.

Pendant la journée du 18 mai, les échanges ont porté sur l’inclusion :
– Puissante séance en petits groupes qui a mis en valeur les voix et le leadership de la communauté 2ELGBTQ+ qui crée des changements significatifs dans les communautés rurales, éloignées et nordiques, tant au Canada que dans le monde
– La voix des jeunes franco-yukonnais pour l’égalité des genres : Le Club d’inclusion de l’école CSSC Mercier
– Entrevue de la délégation LOJIQ avec le journal francophone au Yukon L’Aurore boréale
– Rencontre dans les bureaux de l’organisme Les Essentielles, qui représente les intérêts des femmes francophones du Yukon

En fin de mission, Anne-Julie Morasse a partagé avec nous son appréciation de la diversité des panélistes qui provenaient de différents horizons. Elle dit avoir adoré pouvoir entendre les témoignages et les partages de personnes de partout à travers le Canada, notamment de personnes autochtones. Finalement, elle a beaucoup aimé le 5 à 7 avec la troupe de danse. Quant à Catherine Maertens, son expérience a été enrichissante : « J’ai adoré faire partie d’une délégation québécoise. Il y a tellement de gens à rencontrer en peu de temps qu’une délégation de LOJIQ facilite la création de liens sincères. J’ai beaucoup appris grâce à la richesse des échanges avec mes collègues. Je suis certaine que la délégation formée par LOJIQ se reverra au Québec. »

Témoignage de Catherine Meek-Bouchard

Quelles ont été tes impressions du Sommet?
« Ces deux journées ont été remplies d’échanges, de réflexions et de conférences sur divers thèmes entourant l’égalité des genres au Canada, tels que les droits reproductifs, l’écoféminisme, la précarité menstruelle, la justice alimentaire, l’avenir du féminisme, les violences fondées sur le genre et les enjeux touchant les communautés 2ELGBTQ+ nordiques. J’ai profondément apprécié mon expérience et j’ai été stimulée et inspirée par tous les discours et propos des personnes militantes et professionnelles. »

Quels étaient tes objectifs de participation au Sommet sur l’égalité des genres?
« Les enjeux féministes m’interpellent ardemment et mes intérêts de recherche s’orientent particulièrement sur les inégalités genrées, la socialisation des normes de genre et la prévention des violences sexistes et sexuelles. Je désirais donc pouvoir assister à ce sommet qui allait me permettre d’en apprendre plus sur les problématiques émergentes, les solutions rassembleuses et innovantes et les initiatives mises en place dans l’ensemble du Canada pour promouvoir l’égalité des genres. Les sujets abordés lors de ce sommet ont été très pertinents pour mes réflexions et me permettront de prendre en considération une multitude de perspectives dans le cadre de mes futurs projets. J’étais particulièrement intéressée à en apprendre davantage sur les enjeux relatifs aux femmes autochtones, notamment sur les violences systémiques et l’accessibilité aux services de santé reproductive et sexuelles. En outre, le sommet Avenir égalitaire 2023 représentait une excellente opportunité de m’entretenir avec d’autres intervenant·es et acteur·trices de ce milieu. Puisque je souhaite m’impliquer davantage dans les milieux communautaires et rencontrer des personnes passionnées par ces questions, j’ai apprécié avoir la chance de participer à ce sommet en personne. Ce type d’évènements militants féministes représente pour moi de précieuses occasions de solidarité, de dialogue et de diffusion des connaissances. La collaboration et les discussions profondes et enrichissantes avec d’autres personnes ayant à cœur ces problématiques et souhaitant améliorer la situation encouragent la mobilisation citoyenne. »

Le moment le plus marquant de ton séjour?
« De nombreuses conférences et discussions m’ont marqué, notamment celle sur les droits reproductifs et la précarité menstruelle. La présentation sur la création du comité d’inclusion à l’école secondaire, durant laquelle de jeunes franco-yukonnais·es intervenaient, m’a également touché. Je trouve la génération Z tellement ouverte d’esprit, respectueuse et inspirante. Au-delà du sommet, lors d’un petit voyage jusqu’à Atlin à la suite des 2 journées de conférence, Anne-Julie, Catherine Maertens et moi avons vu deux grizzlis sur la route. Nous avons pu les observer de longues minutes, et c’était incroyable. »

Envisages-tu participer à d’autres projets LOJIQ à la suite de ton expérience?
« Absolument! J’ai beaucoup apprécié participer à cet évènement et faire partie de la délégation québécoise de LOJIQ. J’ai rencontré de nombreuses personnes engagées et stimulantes, tant au sein de la délégation que dans l’ensemble des participant·es au sommet, et j’ai appris sur des organisations, initiatives et projets partout au Canada. Le soutien de LOJIQ est tellement précieux, et nous permet de vivre des expériences de mobilisation citoyenne inestimables. J’espère profondément avoir la chance de vivre à nouveau des projets aussi captivants et dynamisants avec LOJIQ. »

En savoir +

Article suivant