Du 20 au 30 mars, Laurence Dufour-Bouchard était en mission d’expansion à Paris pour son entreprise B2B/2GO. Couronnée Jeune Gestionnaire de l’Année 2023 par le Regroupement des Jeunes Chambres de Commerce du Québec, elle a semé, avec les Missions immersives en Francophonie, des graines qui donneront fruit cet automne, en France.

La mission d’expansion en France de B2B/2GO ciblait 2 principaux objectifs d’affaires. Le premier était de conclure au moins 4 ventes. Comment s’est passé ton démarchage pour y arriver ?
Laurence Dufour Bouchard – « L’avenue la plus concluante, à court terme, ça a été de rencontrer les délégués commerciaux de l’Ambassade du Canada à Paris. Avec eux, on a déterminé des événements où vendre nos services. On vise des événements qui auront lieu cet automne.

Nous sommes déjà en bonne voie pour obtenir 2 contrats, cet automne. J’ai aussi rencontré des professionnels du marketing qui nous accompagnent pour nous faire connaître là-bas. Dans notre processus de vente, nous signons généralement des contrats 2 mois avant un événement. Sachant que nous avons 2 accords verbaux, je suis certaine que cet objectif sera atteint. »

Ton second objectif, dans le cadre des Missions immersives en Francophonie, était de gagner en notoriété en France. Quel est ton degré de satisfaction par rapport à ce second objectif ?
L. D. B. – « Assez bien, honnêtement. J’ai rencontré quelques personnes avec qui j’ai senti que j’ai fondé des bases de relation à moyen et long termes. Ce que j’ai compris avec le marché français, c’est qu’on aime bien avoir des références. Par exemple, le Cercle des dirigeants d’entreprise franco-québécois m’a permis de faire des rencontres vraiment pertinentes.

Maintenant, dire que je connais quelqu’un du Cercle permet d’établir une relation de confiance, et de développer notre valeur auprès de la clientèle française. Donc, vis-à-vis cet objectif de notoriété, ça m’a beaucoup aidée. »

Image du site www.lojiq.org

Laurence Dufour-Bouchard, 3e à dr., est de la cohorte 2024 des Missions immersives en Francophonie

En tant que femme entrepreneure, quel(s) objectif(s) avais-tu pour ton développement personnel ?
L. D. B. – « C’est peut-être une généralité, mais les femmes ont tendance à se remettre en question. Pour moi, mon objectif constant – quand je fonce vers une opportunité, quand je me présente à un événement, quand je rencontre des personnes – est de ne pas douter de moi et de ma valeur dans le milieu des affaires. Parfois, au premier regard, parce qu’on est jeune, les gens vont se demander si on est vraiment la personne décisionnaire. Mon objectif personnel reste de ne pas me laisser dérouter par les premières impressions que se font les autres de moi.

Durant ma mission en France, j’ai vécu cela de la même façon. Cependant, ce qui diffère, c’est le regard sur la hiérarchie, même sur l’habillement. C’est plus traditionnel par rapport à ici. J’essaie de ne pas me laisser déranger par ces choses-là. »

Pourquoi visais-tu une expansion spécifiquement en France alors que B2B/2GO est déjà implantée dans 140 pays ?
L. D. B. – « Nous sommes présents dans 140 pays avec notre bannière québécoise. Mais en France, je crois que c’est l’endroit où cette bannière québécoise rayonne le mieux. Il y a une amitié d’affaires entre nos 2 régions. Et je pense que c’est vendeur de s’afficher comme une compagnie québécoise avec une solution d’affaires. » 

Image du site www.lojiq.org

Laurence Dufour-Bouchard reçoit le prix Jeune Gestionnaire de l'année, du Regroupement des Jeunes Chambres de commerce du Québec, en septembre 2023 - Photo ©B2B/2GO

À l’issue de ta mission d’expansion en France, et au regard des résultats de ton séjour d’affaires, qu’est-ce qui se profile pour B2B/2GO dans ce pays ?
L. D. B. – « Même si on y a déjà un pied et que la mission a été un succès, je pense vraiment qu’on doit y retourner. La force d’un passage et de rencontres en personne, c’est fou ce que ça fait progresser des idées, des discussions ! Mon objectif, en retournant là-bas, c’est de nous positionner davantage pour obtenir des contrats, surtout dans la région de Paris. Ensuite, je suis aussi curieuse d’aller voir en région. À Paris, la compétition est très intense. Aller en région me permettrait de faire rayonner ma marque et de me démarquer là où il y a moins d’offres. Par la suite, je pourrais toujours revenir sur le marché parisien et démontrer à un client qu’il peut me faire confiance. »

En savoir +

Pour en savoir davantage sur la 3e édition des Missions immersives en Francophonie, clique ici.

Depuis 2022, les Missions immersives en Francophonie permet à des femmes entrepreneures sélectionnées de suivre une formation sur l’exportation, puis de partir à la conquête de marchés de la Francophonie.

Missions immersives en Francophonie est une initiative de LOJIQ, appuyée par les partenaires et collaborateurs suivants :

Article suivant